Intervenantes – L’institutionnalisation de la migration

L’institutionnalisation de la migration

Intervenantes

 

Sociologue de formation, militante associative, fondatrice et directrice de l’association ANCRAGES – qui anime le centre de ressources dédié à la valorisation du patrimoine local et migratoire -, Samia Chabani cherche aujourd’hui à créer un centre d’interprétation des migrations à Marseille. Longtemps négligé dans l’historiographie locale, le fait migratoire est désormais largement étudié. Conséquence d’une sensibilité de la société civile aux questions de relations interculturelles, puis, plus récemment, aux questions de mémoire, de nombreux travaux en sciences humaines et sociales ont apporté une solide base de connaissances en Sciences humaines. Souvent oublié, ce savoir ne fait pas l’objet d’une diffusion efficace auprès du grand public. ANCRAGES a pour objet d’être le support à une meilleure diffusion des recherches et outils de valorisation culturelle sur la question, dans une démarche intégrée du patrimoine. C’est dans ce cadre qu’il lui semble pertinent aujourd’hui d’inscrire les mémoires de l’immigration dans le grand récit national, européen et mondial et à l’articulation des mémoires ouvrière, industrielle, et post coloniale.

Quelques liens :

 

*      *      *

 

Politologue et militante féministe décoloniale, Françoise Vergès est la présidente de l’association Décoloniser les Arts. Françoise Vergès grandit à l’île de La Réunion avec des parents militants communistes anticolonialistes et féministes. Dans les années 1970, elle est en France où elle milite, est journaliste à des femmes en mouvement, et éditrice à la maison d’éditions des femmes. En 1983, elle s’installe aux Etats-Unis où elle reprend des études en 1987, elle obtient une double licence summa cum laude en 1989 et un doctorat en Théorie politique en 1995 à l’université de Berkeley.
Ses derniers ouvrages :
  • Une théorie féministe de la violence. Pour une politique antiraciste de la protection (nov. 2020)
  • Un féminisme décolonial (2019)
  • Le ventre des femmes. Capitalisme, racialisation, féminisme (2017)

 

*      *      *

 

*EDIT : CLEMENTINE DELISS ABSENTE*

Clémentine Deliss est curatrice, éditrice et historienne de la culture. Elle est actuellement professeure d’histoire et théorie à l’école des Beaux-Arts d’Hambourg, curatrice associée à l’institut KW d’art Contemporain à Berlin et co-directrice du festival LagosPhoto au sein de la fondation des artistes Africain à Lagos (Niger). Elle a étudié la pratique artistique et l’anthropologie sémantique à Vienne, Paris et Londres et est diplômé d’un doctorat à la SOAS (School of Oriental and African Studies, Londres). Entre 2010 et 2015, Clémentine Déliss a dirigé le Musée des Cultures du Monde (Weltkulturen Museum) de Frankfort, initiant un nouveau laboratoire de recherche pour restaurer les collections dans un contexte post-ethnologique. Depuis 2015, elle travaille sur des modèles pour une “Metabolic Museum-University”. Sa plus récente publication “The Metabolic Museum” (Hatje Cantz) a été publiée en août 2020. Elle y explore son expérience à Frankfort et l’appropriation coloniale des musées anthropologiques. Sa vision du musée métabolique est celle d’un laboratoire pour une remédiation des collections des musées ethnographiques pour les générations futures.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search